•  

     

    Yves Saint Laurent (1er août 1936 à Oran en Algérie française - 1er juin 2008[1],[2] à Paris) etait un grand couturier français. Il a dirigé sa propre maison de couture de prestige durant 41 ans de 1961 à 2002. Connu pour avoir popularisé le look des beatniks des années 1960, aussi bien que les costumes de tweed, les pantalons grands et serrés, les cuissardes et ses collections de haute couture de vêtements de luxe connues dans le monde entier.

    NB: contrairement à ce qui prévaut dans la grammaire des noms propres en français, il n'y a pas de trait d'union entre Saint et Laurent.

     

      

      

    Yves Henri Donat Mathieu-Saint Laurent est né le 1er août 1936 à Oran en Algérie Française où il passe sa jeunesse.

    En 1954, à l'âge de 18 ans, il s'installe à Paris où il suit des cours de dessins à la chambre syndicale de la haute couture pendant trois mois.

    Il est remarqué en 1955 par le couturier Christian Dior qui l'emploie comme assistant modéliste.

    En 1957, il est âgé de 21 ans à peine lorsque Christian Dior meurt. Il lui succède à la tête de la maison Dior où il connaît le succès avec la présentation de sa première collection " Trapèze ". L'homme d'affaires Pierre Bergé entreprend de gérer sa carrière à partir de 1958 mais est mobilisé sous les drapeaux. À son retour, Marc Bohan a pris sa place auprès de son ami.

    En 1961 Pierre Bergé convainc le milliardaire américain J.Marck Robison d'apporter les quelques milliards de Francs nécessaires à la création de la " maison de couture Yves Saint Laurent " dont il devient le dirigeant financier, compagnon et mentor d'Yves Saint Laurent. Puis ils s'attellent à racheter dollar après dollar leur société.

    Yves Saint Laurent crée sa première collection en 1962. En 1966, il créera le premier smoking, pour le défilé Haute Couture de l'été 1966. Il sera alors présenté dans chacune de ses collections devenant ainsi selon les termes du couturier " le label " (Yves Saint Laurent).

    En 1966, sur une idée d'Yvonne Nepp, ils inventent Saint Laurent Rive gauche, le prêt-à-porter féminin de luxe, selon la formule suivante : modèles dessinés par le créateur, réalisés par un industriel extérieur, et diffusés dans un réseau de boutiques franchisés. Ils se lancent en 1969 dans des collections masculines. 

     

      

      

    Yves Saint Laurent dessine également des costumes et des décors de théâtre et de cinéma pour les pièces de Cyrano de Bergerac en 1959, ou Le mariage de Figaro ou pour des films tels que La Panthère Rose en 1963 et Stavisky en 1974.

    En 1985 le 12 mars, François Mitterrand, Président de la République, (qu'avec Pierre Bergé, il soutient politiquement) lui remet les insignes de chevalier de la légion d'honneur, au palais de l'Élysée.

    En 1990, une collection intitulée " Hommages " est réalisée avec des célébrités comme Zizi Jeanmaire, ou encore son porte bonheur Catherine Deneuve.

     

      

      

      

    En 1998, la maison YSL est achetée par François Pinault, déjà principal actionnaire de Gucci qui impose ses nouvelles règles de gestion, de marketing et de profits et impose également le nouveau styliste créateur américain et directeur artistique de Gucci, Tom Ford pour la partie " Prêt à porter Rive Gauche ".

    En 2001 Yves Saint Laurent est décoré de l'ordre de commandeur de la Légion d'honneur par le président de la République Jacques Chirac, puis Grand Officier de la Légion d'honneur le 6 décembre 2007 par Nicolas Sarkozy.

    Il décède le 1er juin 2008, des suites d'un cancer du cerveau à l'âge de 71 ans.

    Le 7 janvier 2002 Yves Saint Laurent fait ses adieux à la haute couture à l'âge de 66 ans : « J'ai choisi aujourd'hui de dire adieu à ce métier que j'ai tant aimé ». Le 23 janvier de cette même année, il fêtera les quarante ans de sa prestigieuse maison de couture.

    Tom Ford lui succède à la tête de la maison Yves Saint Laurent puis Stefano Pilati à partir de 2004.

      

      

    Yves Saint Laurent crée avec son compagnon Pierre Bergé la Fondation Pierre Bergé Yves Saint-Laurent au 5 avenue Marceau dans le 16e arrondissement de Paris. Cette fondation de mécénat et de gestion d'une collection musée exceptionnelle de 5 000 vêtements et 15 000 objets retrace toute l'histoire de la maison de haute couture " Yves Saint-Laurent ". (Fondation Pierre Bergé Yves Saint-Laurent)

     

    YVES SAINT LAURENT

    Citations :

    * « Rien n'est plus beau qu'un corps nu. Le plus beau vêtement qui puisse habiller une femme ce sont les bras de l'homme qu'elle aime. Mais, pour celles qui n'ont pas eu la chance de trouver ce bonheur, je suis là. »
    * « Les modes passent, le style est éternel. La mode est futile, le style pas. »
    * « Je ne suis pas un couturier, je suis un artisan, un fabricant de bonheur. »
    * « La mode est une maladie incurable. »
    * À la mort de Maria Callas : « Les Dieux s'ennuyaient, ils ont rappelé leur voix. »
    * À propos de Catherine Deneuve : « Elle a toujours été extraordinaire pour moi. Je l'habille depuis le film Belle de jour de Luis Buñuel. C'est une femme qui a un charme et un cœur merveilleux. Pour moi, elle est la plus grande star mondiale. Nous nous écrivons souvent. Je l'appelle Catherine, ma douceur, elle m'envoie des roses pâles. »
    * « Plus d'honneur au singulier que d'honneur au pluriel. »

    La bio de Saint Laurent, de Marie-Dominique Lelièvre, journaliste brillante et portraitiste aiguisée, en cache une autre, celle de Pierre Bergé. Après avoir écrit sur Sagan et Gainsbourg, s’essayer à YSL est quasi logique : voici donc la trinité artistique absolue du XXe siècle ? Ces trois-là se ressemblent. Ils ont illuminé leur temps, tout en préservant leur zone d’ombre. La part sombre de l’artiste est toujours un aimant fort pour le mortel. Saint Laurent, mauvais garçon ? Bien sûr ! Aucun créateur n’est fréquentable. Son obsession d’une coupe, d’un revers, d’une manche qui doit tomber ainsi peut le transformer en tyran fashionistique. Ses fréquents allers-retours entre la surpuissance de sa vision et ses abîmes de doutes rebutent les esprits cartésiens. Marie-Dominique Lelièvre a voulu accrocher le regard avec ce titre ambigu.

    Et c’est vrai, dans son livre, on apprend que Saint Laurent était soupe au lait, égoïste, boudeur, et même qu’il allait chercher le frisson de la nuit en « faisant le mur », occupation étrangement adolescente pour un garçon de 30 ans révolus... Mais enfin bon, on s’imagine bien que celui qui aimait à dire qu’il faisait partie de la « famille des nerveux » n’avait pas une vie rangée des camions et un caractère facile.

    A part ça, ce Saint Laurent-là dit à peu près tout ce qu’on sait déjà. Et il le dit très bien d’ailleurs. C’est une bio extrêmement bien faite, sérieuse, quasi romanesque.

    Il faut dire que ces protagonistes-là savent faire dans l’emphase et le passionnel. En revanche, la grosse surprise de ce livre, c’est la bio cachée qu’il recèle. Le personnage qui fascine, c’est Pierre Bergé, l’autre. Celui sans qui Saint Laurent ne serait pas devenu YSL.

    Cela arrive parfois dans les films, cela se vérifie ici : le second rôle explose tout. Pierre Bergé : malin, futé, tendre, politique, colérique, inquiet, furieux, stratège, courtisan, courtisé, sensible, généreux...

    Pierre Bergé, c’est une somme d’épithètes et leur contraire. Et plus on lit et plus on laisse filer Saint Laurent vers son étrange destin pour avoir plaisir à retrouver Bergé. Saint Laurent, mauvais garçon ? Demandez donc à Pierre Bergé.
    Sylvia Jorif
    « Saint Laurent, mauvais garçon », de Marie-Dominique Lelièvre (Flammarion, 319 p.)

      

      

    Page soumise à la GFDL.
    Source : Article Yves SAINT LAURENT de Wikipédia

    Pin It

  • Quelques mois après la mort de Christian Dior, son remplaçant Yves Saint Laurent présente



    la collection « Trapèze » dont les robes sont droites et triangulaires.

    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique