• Les Débuts

    Pierre Balmain naît en 1914 à Saint Jean de Maurienne en Savoie. Il ouvre sa propre maison de couture en 1945 après avoir travaillé pour les deux grands couturiers qu'étaient Molyneux et Lucien Lelong.

    Le succès est immédiat auprès de la clientèle féminine car Balmain offre une nouvelle image de la femme : une femme qui veut se débarrasser des traces laissées par la guerre et qui veut désormais arborer une toilette soignée et élégante.

    La Maison Balmain

    Dans les années '50 Balmain imagine une femme active, élégante et un brin désinvolte. C'est l'époque "Jolie Madame".

     

    Le couturier élabore également des costumes pour le théâtre et habille les plus grandes stars féminines du moment : Brigitte Bardot, Marlène Dietrich et Katherine Hepburn entre autres.

      

      

    La griffe est solidement implantée dans le monde entier et commence le prêt-à-porter dès 1970.

     

     

    Pierre Balmain disparaît en 1982, laissant la direction de la Maison à Erik Mortensen, assistant du couturier depuis 1951 qui recevra par la suite 2 fois le dé d'or de la Haute Couture Française pour ses collections. Il est remplacé en 1990 par Hervé Pierre, lui-même remplacé par Oscar de la Renta 3 ans plus tard.

     

      

    Actuellement la maison Balmain est propriété du groupe Gucci.

    Les parfums Pierre Balmain

     

    Son père meurt alors qu'il n'a que 7 ans ; il était propriétaire d'une fabrique de tissu. Sa mère et ses soeurs tenaient une boutique de mode. Il étudie l'architecture aux Beaux-Arts mais il passait son temps à dessiner des robes. Il sollicite un emploi chez le couturier britannique Edward Molyneux et, l'ayant obtenu, il abandonne ses études.

     

    Pierre BalmainIl crée sa proprre maison en 1945. En 1951, il ouvre des succursales aux Etats-Unis où il vend du prêt-à-porter.

     

    Il a créé des parfums, dont Vent vert, Jolie Madame, Ivoire... Il a également dessiné des costumes pour le spectacle et le cinéma.

     

    Son compagnon, Erik Mortensen, a travaillé auprès de lui de 1948 jusqu'à sa mort, puis continua sa collaboration avec les successeurs.

     

     

    balmain_logoLa mort de Pierre Balmain en 1982 est un énorme coup dur pour la marque.

     

    C'est Erik Mortensen, qui était le bras droit de Pierre Balmain, qui devient directeur artistique mais malgré ses efforts, la maison a du mal à se relancer. Il est remplacé par Hervé Pierre en 1990. Il faudra attendre 1992 avec l'arrivée d'Oscar de la Renta à la tête de la maison Balmain pour voir l'entreprise renaître. De nouveau, la marque est plébiscitée par les star comme Ivana Trump, Jacky Onassis ou Liza Minnelli.

      

      

    Oscar de la Renta quitte son poste en 2002 ce qui replonge la marque dans quatre années de traversée du désert. Laurent Mercier devient directeur artistique pour un an, suivi de Christophe Lebourg. Il faut attendre l'arrivée de Christophe Decarnin, ancien styliste chez Paco Rabanne, en 2006 pour que la marque revienne au premier plan. Ses efforts se sont concentrés sur une revisite des classiques de Pierre Balmain. Il a cherché à respecter la sobriété de la coupe, le style rock, graphique et sensuel qui étaient ses caractéristiques. Par son travail, Decarnin séduit la presse spécialisée ainsi que les stars telles Marion Cotillard, Gwyneth Paltrow ou Audrey Tautou.

     

     

     

    La femme Balmain de ce renouveau est à l'image de Kate Moss, qui est l'idéal du styliste : une femme sexy, glamour et marquée d'un esprit rock.

     

    L'engouement est de nouveau général autour de la marque qui habille les plus grandes stars du show business.

    mode tendance .. la rue.

    Chaque année, le styliste impose un must-have : la collection Automne-Hiver 2008 a imposé le jean rouge façon léopard, à l'Automne-Hiver 2009 les vestes cintrées à épaulette ont fait sensation. Il y a eu de même le jean bleach troué de la collection Printemps-Été 2009.

    Aujourd'hui, le créateur ne cherche pas tant à innover mais plutôt à asseoir l'image de Balmain dans son travail.

     

    Olivier Rousteing, ex bras droit de Christophe Decarnin a été nommé directeur artistique en mai 2011.

     

     

    Scoop du jour : la Maison Balmain se sépare de Christophe Decarnin

     

    Il y a des jours comme çà, ou tout n'est que délice et joie de vivre! Des jours où l'on ne travaille pas et ou le soleil resplendit! Des jours où l'on chante à tue-tête de bon matin et où l'on se dit qu'il va se passer des choses formidables! 

     

     
    Cette journée, c'est aujourd'hui! Et la nouvelle formidable que je pressentais, n'a pas tardé à poindre le bout de son nez. Le PDG de la Maison Balmain annonce officiellement que celle-ci se sépare de son Directeur Artistique Christophe Decarnin!  
     
    Ooooooh Grâce! Ooooooh Bonheur! Ooooooh Félicité! Entendez-vous les trompettes des anges dans le Ciel? Moi en tout cas, oui! Car, s'il y a bien un créateur que je n'ai jamais, mais alors jamais aimé, c'est bien Christophe Decarnin!!!! Décrire son style, pour moi, en quelques mots : un comble de vulgarité! Mais oui, mais oui! Et je pèse mes mots chers lecteurs!  
     
    Il est bien loin le temps ou Mr Pierre Balmain recevait dans ses salons de la rue François 1er, les plus grandes stars Hollywoodiennes, Marlène Dietrich, Katherine Hepburn pour ne citer quelles, où bien encore les têtes couronnées les plus en vue... la somptueuse classe des femmes qui ont de la classe.... 
      

     
    Pierre Balmain - Robe du soir brodée - Années 50

      
    Bien loin le temps, où sa vision de la femme était celle d'une élégante Parisienne, en tailleur structuré, taille marquée. Bien loin également le temps ou Oscar de la Renta dirigea la Haute Couture à la fin des années 80. 
      

    Pierre Balmain - Tailleur de jour - Années 60

      
      
    début de la chute plus que vertigineuse, pur reflet de la société actuelle, junckie, vulgaire...bobo de caniveau
      
      
    Au lieu de cela, nous avons eu droit à un massacre total et complet depuis l'arrivée de Christophe Decarnin à la tête de la Direction Artistique de Balmain en 2006 et un irrespect pour les codes de cette maison parisienne. Alors certes, vous me direz qu'il a permis à la belle endormie de revenir sur les devants de la scène, et d'habiller encore quelques stars planétaires au gout légendaire : Jennifer Lopez, Rihanna, Beyoncé... Je vous en laisse juge.... Enfin, pour cela, il faut surtout féliciter le travail du service presse!...
     
      
    Balmain par C.Decarnin - SS/10
    Mille pardons encore, chers lecteurs, si vous me trouvez un peu dur dans mon propos, mais le coté, t-shirt mité et robes de guerrière en cote de maille, dignes d'un revival de Tina Turner dans Mad Max, je n'adhère pas, mais alors pas du tout!   
     
     
    Mad Max - Tina Turner
    Mais je crois que le pire a été atteint pour les défilés des saisons SS/11 et FW/11-12 (en gros, collection de cet été et de l'hiver prochain). Car, lorsque la femme Balmain ressemble étonnement à une pâle copie de la femme Isabel Marant, en version Mad Max toujours (oui, c'est difficile de tirer totalement un trait sur ce qui nous inspire...), là on touche le fond!...  
     
     

    Balmain - SS/11

     

    Et c'est donc à ce moment là, que toute la presse féminine, nous prétexte une dépression pour ce pauvre Christophe, apparemment au bout de ses forces, voir au bout du rouleau. La réalité est toute autre, et çà, peu sont ceux qui ont eu le courage de le dire dans le monde de la mode et des médias. La réalité, c'est surtout celle d'une Rédactrice Mode d'un très célèbre magazine français qui était consultante pour la maison  Balmain, et qui, suite à sa promotion à la tête de la Rédaction en Chef du même magazine à due tirer un trait sur ses autres activités professionnelles…
     
    Et là, c'est le drame! Le pauvre directeur artistique, totalement perdu sans sa muse des temps modernes, fond, craque et n'apparait même pas au final du dernier défilé lors de la Fashion Week de Mars pour saluer ses invités. Nous supposons qu'il a dû retrouver depuis, son Touquet natal…
     
    (cf : faites un saut sur le lien de l’histoire de la Maison Balmain sur le site officiel : http://www.balmain.com/christophe-decarnin-maison-balmain/ - moment magique garantie ! )
     
    afin de se ressourcer, et trouver d’autres sources d’inspirations… C’est d’ailleurs tout le bien que nous lui souhaitons.
     
    Quant à la Maison Balmain, nous lui souhaitons de trouver un Directeur Artistique digne de son histoire, de la richesse de ses archives et du talent de son fondateur afin de perdurer et de rester, toujours, sur les devant de la scène !
     
    J'attends avec impatience vos retours et commentaires chers lecteurs. 
     
    A très vite. 
     
    Votre dévoué A.
      
     

     
     
     
    photos google.
     
    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique