•  

     

     Histoire du bijou

     


    La gemmologue Mélanie Beaulieu, présidente de l’Association québécoise de gemmologie (AQUEGEM), a donné une conférence instructive sur l’Histoire du bijou à travers les siècles, au Club de minéralogie de Montréal, le 22 novembre 2010.

    Le mot bijou est apparu en 1460 pour désigner un « petit objet ouvragé, précieux, servant de parure ». C’est un emprunt au breton bizou « anneau pour le doigt », dérivé de biz « doigt ».

    Après avoir indiqué cette étymologie, la conférencière a présenté l’histoire du bijou d’une façon chronologique en mettant l’emphase sur quelques époques marquantes. Un grand nombre d’images de bijoux ont illustré les explications de la gemmologue.

    La conférencière a rappelé que les techniques actuelles de fabrication des bijoux ont pour la plupart été utilisées dès l’époque des Égyptiens, à l’exception des techniques reliées au travail du diamant.

    Albert Cornu, vice-président au développement pédagogique du CMM, a présenté la conférencière au début de la rencontre. Il a aussi animé la période de questions qui a suivi l’exposé de la conférencière.

    Cette rencontre a permis à l’auditoire de découvrir et d’apprécier un grand nombre de bijoux fabriqués au cours des siècles, tout particulièrement en Égypte et en Europe occidentale.

    Lecture complémentaire

    Après cette conférence, j’ai emprunté ce livre volumineux pour approfondir la merveilleuse histoire du bijou à travers les siècles :

    Black, Anderson. – Histoire des bijoux. – Paris : Atlas, 1984. – 400 p. – ISBN 2-7312-0404-3. – Cote BAnQ : 739.2709 B627hi2 1984. – [Collection de la Bibliothèque centrale de Montréal].

    Ce livre de référence est divisé en trois grandes parties. Le chapitre liminaire explique les techniques du travail de l’or par les artisans de l’Antiquité.

    Les chapitres suivants présentent l’histoire des bijoux d’une façon chronologique : Antiquité, Peuples du Nord, Byzance et le Moyen Âge, Renaissance et maniérisme, 17e siècle, 18e siècle, Révolution française et début du 19e siècle, Art nouveau, 20e siècle.

    La dernière partie contient des appendices (emblèmes royaux et grandes collections, glossaire des gemmes, glossaire des techniques et des termes techniques), une bibliographie et un index analytique.

    Le glossaire illustré des gemmes décrit les minéraux suivants : béryl, corindons, topaze, opale, turquoise, grenats, quartz, lapis-lazuli, feldspaths, chrysobéryl, jade, tourmaline, zircon, chrysolite (olivine), spinelles. Des gemmes d’origine organique sont aussi présentées : perles, corail, jais, ambre.

    Le livre est abondamment illustré. À l’exception de la Couronne de France et de quelques portraits peints, ces illustrations sont différentes de celles présentées par Mélanie Beaulieu.

    Image

    Portrait à l'hermine d'Élisabeth 1ère (Nicholas Hilliard, 1585)

    Sur la Toile

    Club de minéralogie de Montréal (CMM)
    Salons minéralogiques de Montréal (Article connexe)

     
    Pin It




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique