• CAMLEES - EPOQUE LOUIS PHILIPPE

     

     

     

     


    un autre, agate, or et perles

      

     

     

    Dans la glyptique, qui est l’art de graver les pierres fines, il faut distinguer deux techniques : l’une qui consiste à graver les pierres en creux, l’autre qui consiste à les graver en relief. La première de ces techniques produit les intailles ou pierres gravées ; la seconde, les camées.

    L’art de graver des scènes mythologiques et des divinités, sur des pierres, coquillages ou autres supports qui s’y prêtent, est très ancien.

    Bijoux et médaillons richement décorés, ont été souvent retrouvés dans différents sites archéologiques, comme à Pompei et à Herculanum, et ceci montre que les objets avec des motifs gravés représentant des divinités étaient déjà en vogue à l’époque des Romains. Les fouilles archéologiques de Pompei ont exhumé des exemples de camées exécutés même sur pierre de lave.

    Les premiers exemples de taille utilisés pour les sceaux remontent à quatre mille ans, en Mésopotamie ; d’autres exemples, appartenant à la XII° dynastie égyptienne, aux environs de 1750 av. J.-C., sont exposés au Metropolitan Museum de New-York, et il s’agit de gravures en relief sur pierre en forme de scarabées utilisés également en tant que sceaux.

    Le premier camée employé comme ornement de bague et de boucles d’oreilles, fut fabriqué dans la Grèce antique aux alentours de 400 av. J.-C.

    Le coquillage n’était pas encore en usage. On faisait appel à des minéraux tels que la cornaline rouge, le jaspe, l’onyx et la malachite, sans toutefois parvenir à rendre l’effet polychrome ; à l’exception de l’agate qui, de par sa nature géologique à strates de teintes différentes, se prêtait mieux aux premières réalisations d’incision à relief doux.

    Le terme moderne de camée, emprunté de l’italien cameo, est de même origine que camaïeu. Les camées étant le plus souvent gravés sur des agates à plusieurs teintes superposées, l’artiste tirait parti de la polychromie naturelle de la pierre pour donner à son sujet, au moyen des couches multicolores, l’aspect d’un camaïeu.

    Comme aujourd’hui encore, l’ébauche était taillée sur la couche supérieure de couleur plus claire, ce qui permettait de faire ressortir le dessin par rapport à la couleur du fond.

    Les sujets préférés des Grecs anciens ont toujours été des profils de femme, des divinités, ainsi que des personnages de la mythologie.

    Au premier siècle av. J.-C. le savoir-faire des artistes grecs parvint à Rome ; les camées devinrent à la mode dans les classes les plus aisées et on en produisit de formats variés à des fins purement ornementales .

     



    Camée argent, matière coquille " le roi David jouant de la harpe "



    Monture argent, pierre " l'amour et psyché "



    Calcédoine et or



    Sur des boucles de ceinture



    Grenat et coquille d'œuf :



    Un peu plus tardif, ce médaillon-broche d'époque Louis Philippe , onyx, or et perles:



    En argent et pierre de lave :



     
     
     
     



     

     

     
     
     
     
     
     
    « BIJOUX EPOQUE NAPOLEON IIIPORTE-BOUQUETS de BAL »