• BIJOUX NEO ANTIQUES du XIXè siècle

     

     

     

     

     

    Boucheron:
    épingle à cravatte en saphir, or et diamants, vers 1878

    La mode des bijoux archéologique arrive très tôt en France et débute réellement vers le XVème siècle avec les guerres d'Italie.
    et puis par vagues successives avec les découvertes archéologiques du XVIIIème ( Pompéï, Herculanum), pour reprendre de plus belle et connaître son " âge d'or "avec l'expédition en Égypte de Bonaparte.
    Tout au long du XIXème la mode se poursuit avec les découvertes en Etrurie, Assyrie, le canal de Suez, et les artisans et bijoutiers du monde entier offrent un grand diffusion de leurs créations dès la première expo universelle de 1851.
    la mode prend en France le nom de " style étrusque ", en Angleterre " d'antic revival ".
    Notons qu'avec quelques bijoutiers Français comme F; Boucheron, Prospère Eugène Fontenay, et Jules Wièse, les meilleurs dans ce domaine-là sont, et restent bien entendu les Italiens, normal !

    la collection acquise par le marquis de Campana, autorisé à fouiller Ostie le long de la Via latina en 1831, fut incomparable et relança la mode.
    cette collection de bijoux formait un groupe " à part ", composée de bijoux étrusques trouvés dès 1820, mais aussi de bijoux grecs, hellénistiques,romains et bysantins.
    certains mêmes étaient des pastiches créés avec des fragments anciens, par la maison Castellani, dont il s'entoura pour restaurer les bijoux.

    les Castellani retrouvèrent les techniques anciennes et en firent commerce avec succès, en Italie, et en Europe.
    la collection Campana est au Louvre depuis 1861, la plus grande partie, rachetée par Napoléon III, une autre partie par Nicolas II, le reste éparpillé en Europe et au final très peu en Italie.

    je vous ai parlé de la micro mosaïque, elle est née à Rome en 1775 " smalti filati ".

    un parure égyptienne, vers 1878, Émile Philippe, qui reprend les techniques des artisans du nouvel empire :



    la broche, dont le revers est gravé de motifs identiques à ceux enrichis d'émail sur l'endroit, idem pour les pierres ornementales.



    de Prosper Fontenay, entre 1867 et 73, or, diamants, granulation



    détails ;



    un autre de Fontenay,vers 1870, étrsuque on pourrait dire diamants émail et or :



    une paire de boucles d'oreilles des Castellani vers 1860/62:



    paire de boucles d'oreilles, assez classiques, vers 1878 aussi :


    de la maison Castellani, vers 1860/62 :

    parure :


    détail du peigne :


    boucles d'oreilles, vers 1870


    enfin un exemple de pastiche de la maison Castellani dans collection Campana :
    datant de 1859, composé de 23 scarabées en cornaline ( Vè-IIIè av JC) dans des montures en or, 24 perles creuses (VIè av JC ), terminé par deux dauphins en feuilles d'or de fabrication Yarentine faisant fermoir ( débIIè av JC).

     

     

    quelques exemples de bagues de Jules Wièse :





    agrafe de manteau :



    une brohe en or filigrané, perles, cabochons de saphirs :



    les bijoux égyptiens de cette époque sont quand à eux bien souvent en or avec des motifs émaillés.

     

     

    voici quelques exemples de bijoux toujours de la amison Castellani, vers 1870 :

    boucle d'oreille en mosaïque cloisonnée, et or :



    le pendentif assorti :



    broche paon :



    broche scarabée en mozaïque de verre polychrome cloisonnée d'or, stéatite :




    broche poisson :



    un bracelet de la Maison Morel et Cie, vers 1848, perles de verres recouvertes de nacre, et bronze de deux couleur :



    enfin une broche, sur cheveux tressés, je sais, je sais....mais le monogramme plaira à majesté ! ( et aux autres aussi j'imagine !)



     

     

     

    « COLLIER de PSOUSENNES (1054 - 1004 av J.C.)BOUCLES d'OREILLE GUILLOTINE »